L'identité nationale française

Aller en bas

L'identité nationale française Empty L'identité nationale française

Message  Invité le Lun 23 Nov - 21:57

L'identité nationale française
Par Bernard ANTONY,

membre du bureau politique

du Parti de la France



Relancé aux fins d'une nouvelle campagne de séduction de l'électorat français encore attaché à la défense de la personnalité, de la continuité et de la souveraineté de la France, le débat sur l'identité nationale s'enlise. Il se noie dans le verbiage politico-médiatique, dans l'enchevêtrement de rhétoriques et discours incantatoires, où on lance des mots sans en préciser le sens et où l'on manie des concepts sans les définir. La notion d'identité nationale perd ainsi de plus en plus en compréhension claire ce qu'elle gagne en extension imprécise. Nous proposons donc ici neuf points de définition et de clarification. 1) Sur la notion d'identité Il y a « identique » dans identité et l'identité c'est donc bien sûr ce que nous avons d'identique, de commun, de semblable avec d'autres êtres ; et notamment avec les hommes, la nature humaine, l'appartenance à l'humanité. Mais l'identité, c'est aussi ce que nous avons de différences, de particularités, d'originalité. Une simple photo d'identité prouve notre appartenance à l'espèce humaine mais déjà indique quelques unes de nos spécificités, de nos différences que précisent la carte nationale d'identité (qui n'est pas exactement hélas une carte d'identité nationale...), le livret de famille et plus encore une biographie. L'identité c'est donc aussi ce qui distingue : les hommes sont des êtres distincts des autres animaux par l'évidence de leurs traits caractéristiques communs, de leurs capacités à développer leurs sociétés, à peser sur leur destin, à faire l'histoire. L'homme est en effet un « animal politique », on peut dire aussi « un animal historique ». Il est encore « un animal religieux » (du lat.religare : relier) qui se pose toujours et partout la question de son origine et de sa destinée, du pourquoi de la vie et de la mort. Pour les croyants en un Dieu créateur il est la plus éminente de ses créatures terrestres ayant reçu le don de la liberté et la connaissance du bien et du mal. Les hommes se distinguent par les facteurs de différenciation collective que sont la civilisation, la race, l'ethnie, la langue, la culture, l'histoire, autant de facteurs constitutifs des réalités nationales. Ils diffèrent encore par les facteurs de différenciation individuelle dus à l'hérédité ou au milieu : la taille, le poids, la morphologie, les aptitudes et les dons, physiques et intellectuels, le courage et les qualités morales et spirituelles, les comportements sociaux. On peut poser en principe que le meilleur ordre politique est celui qui respecte à la fois la commune et égale dignité de nature des hommes, et leurs différences individuelles, celui qui s'efforce de favoriser et promouvoir le développement intégral de la personne humaine, dans la diversité des potentiels individuels. A l'opposé, les idéologies égalitaires ou inégalitaires sont les fondements des régimes totalitaires, communistes et nazis.



2) Le phénomène national, phénomène universel. A partir de la famille et des ensembles familiaux, des clans, des tribus, des peuples, l'humanité a vu au fil des millénaires se constituer des formes politiques variées : cités, royaumes, empires... Au long de l'histoire, le fait national s'est peu à peu affirmé et répandu presque partout. Selon les cas il a résulté de l'effort d'un Etat créateur, comme celui de notre continuité monarchique, ou au contraire, comme en Allemagne, l'unité de culture, de race, de langue a fini par sécréter un État. 3) La nation française : une alchimie réussie de peuples européens. La France est étymologiquement et historiquement le pays des Francs. Franc signifie « libre ». Mais, avant même que le jeune chef de la tribu des Francs-Saliens, Clovis, soit baptisé vers 496, puis sacré roi par l'évêque Remi, le pays qui va devenir la France est déjà largement façonné : c'est celui de la civilisation gallo-romaine, le plus beau fleuron de l'empire romain. La Gaule romaine (ou la Rome gauloise) est le pays de la fusion alchimique réussie des peuples gaulois et de Rome. D'autres peuples d'origine germanique et slave, et plus tard normands, se fondront encore dans cette alchimie. Mais pas les envahisseurs musulmans. Le socle constitutif du peuple français, de la nation française, est ainsi à peu près établi pour plus d'un millénaire dès le IX° siècle. D'autres petits affluents de population pourront alors encore rejoindre le grand fleuve gaulois. 4) La France héritière de trois racines de civilisation : Rome, Athènes, Jérusalem. Le baptême de Clovis en 496 a remarquablement marqué et symbolisé tous les facteurs constitutifs de son identité pendant des siècles.
Le germanique Clovis, de la tribu des Francs saliens, a été sacré roi selon des formes et une tradition d'essence biblique, symbolisée par les gestes judéo-chrétiens de l'onction davidique par l'huile sainte, et celle du baptême dont s'inspire le sacre.
Dans sa soumission spirituelle à Saint Rémi, modèle des grands évêques défenseurs des cités face aux déferlements barbares, Clovis accomplit l'acte fondamental de l'intégration décisive de la France, « fille aînée de l'Eglise » dans la chrétienté. En sollicitant et obtenant de l'empereur de Byzance sa désignation au titre de consul, il manifeste sa volonté de tenir le fil de la continuité du sens romain de l'Etat.
La France va alors peu à peu se former dans ses éléments constitutifs fondamentaux tels qu'énoncés dans les réflexions sur la civilisation de Paul Valéry, une nation européenne au sein de ce petit cap de l'Asie qu'est l'Europe, principalement façonnée par la religion chrétienne, la raison grecque, le droit romain. Ceci bien sûr n'amène pas à oublier d'autres facteurs et apports de moindre importance.
Athènes, Rome et Jérusalem sont ainsi les noms des trois racines essentielles, religieuses, morales, culturelles, politiques de notre civilisation et de l'identité française. Celle-ci, comme en témoignent encore les cathédrales, églises et monastères, fut principalement pendant des siècles une identité chrétienne. La fleur de lys, symbole de pureté dans la Bible et symbole marial, est celle du drapeau de la royauté, les trois fleurs symbolisant la Sainte Trinité.
Mais le drapeau tricolore aussi vient du plus loin de notre mémoire : avec le bleu azur du ciel, couleur de Saint Martin le patron de la Gaule et aussi celle des Mérovingiens et des Carolingiens ; avec le rouge, couleur de Saint Denis patron de Paris et aussi celle des capétiens ; avec le blanc qui fut la couleur des huguenots et donc du panache d'Henri IV, et devint par la suite celle du commandement de nos armées. 5) La langue française, instrument fondamental de l'unité, de l'universalité et de l'identité française. Issue de notre langue « d'oïl », continuatrice du latin mais ayant aussi recueilli beaucoup d'apports de vocabulaire celtes et germaniques, la langue française est à peu près définitivement établie dans ses structures grammaticales et dans sa sémantique dès le XV° siècle. Naturellement, elle continuera d'évoluer : dans ses tournures, dans les glissements de sens des mots, dans l'accueil d'expressions nouvelles et de mots nouveaux. Si elle était une langue figée, elle serait une langue morte. Hélas aujourd'hui, elle n'est plus en évolution créatrice mais plutôt en involution destructrice. Devenue langue nationale au XV° siècle avec notamment l'ordonnance de Villers-Cotterêts, la langue française a rayonné trois siècles durant dans une universalité qui fut au XVIII° siècle le thème du célèbre concours ouvert à Berlin en 1784 sous l'impulsion de Frédéric II de Prusse et Antoine de Rivarol le remporta avec son célèbre « Discours sur l'universalité de la langue française ». Frédéric II de Prusse, à la fois grand politique et brillant penseur, écrivait tous ses textes en français. Et l'on parlait le français dans presque toutes les cours d'Europe, de Vienne à Saint-Pétersbourg. Si cela n'existe plus, le rayonnement culturel et politique de la France repose encore en grande partie aujourd'hui sur le plus beau legs de ce que fut l'empire français : la francophonie, dont la défense et la promotion devrait être un souci majeur de nos gouvernements. Mais c'est hélas en France aussi qu'il faudrait mener le combat de la francophonie, c'est-à-dire celui de l'usage de la langue française et non d'idiomes barbares de substitution par des populations que l'école dite de la république maintient dans des conditions tragiques d'illettrisme voire d'analphabétisme. La langue française est plus que jamais un des éléments principaux constitutifs de l'identité française. Car il ne suffit pas de parler le français pour être français mais c'en est une condition nécessaire. Quant à la défense de la francophonie, elle devrait être un souci majeur, culturel et politique de l'État français, elle est une des composantes majeures de la vocation universelle de l'identité française. 6) La Révolution française : les droits de l'homme. Qu'on la déplore, qu'on l'admire ou qu'on la considère avec circonspection, la Révolution française est une des grandes pages de notre histoire. Très sanglante hélas, entachée par le régicide, les massacres, les exterminations génocidaires de la Vendée. Le jacobinisme rousseauiste fondé sur la seule dualité de l'individu et de l'État, destructeur des corps intermédiaires, a enfanté les deux grands monstres totalitaires du XX° siècle : le communisme et le nazisme. La Révolution Française a durablement imprégné notre peuple du goût de l'abstraction et de l'idéologie que marque la Déclaration universelle des droits de l'Homme et du citoyen. Mais ce texte certes constitutif de notre histoire porte sur l'Homme en général, l'Homme abstrait, indifféremment papou, français ou chinois. La Déclaration ne porte d'ailleurs pas sur la défense des identités concrètes, individuelles, corporatives ou nationales qui sont pourtant irréfutablement des valeurs universelles aussi, tout comme l'enracinement, admirablement défendu par la philosophe Simone Weil, est une valeur universelle. Certes elle exalte les valeurs universelles de la liberté, de l'égalité, de la fraternité, qui d'ailleurs sont bien avant, des valeurs chrétiennes. Reste à préciser ce que les mots recouvrent... Mais quoi qu'il en soit, ce ne sont pas là des valeurs spécifiques de l'identité française. Elles sont exaltées dans bien des pays et bien des régimes, de la France à l'Union Soviétique. La manière dont on les invoque et dont on les applique, voilà qui est le fait des identités respectives. L'Homme en général, c'est-à-dire l'idée d'homme, est un concept abstrait, philosophiquement utile. Mais cette abstraction sans visage n'est pas constitutive d'une identité. 7) La France : une race ? un métissage ? Non, un peuple et un esprit français ! Avant Hitler, les grands leaders de la gauche ,Ferry, Jaurès, Blum, employaient fréquemment et sans complexe le mot de race pour distinguer simplement les peuples selon leurs différentes couleurs de peau. Indifférent à la couleur et à la biologie, Frédéric Mistral chantait « la race latine » et Charles Péguy était le poète de la « race française ». Chez le premier, comme chez le second, par ailleurs défenseur acharné de Dreyfus, il n'y avait pas l'ombre d'une trace de ce que l'on allait appeler le racisme et dont le mot venait à peine de naître. La race, c'était tout simplement la civilisation, c'est-à-dire un ensemble de racines, historiques, culturelles, spirituelles, tout autant qu'ethniques. Une continuité créatrice, une sève. Simplement, la race au sens biblique du terme et non au sens nazi. Le génial Alexandre Dumas, mulâtre, était un « grand illustrateur de la race française » et cette expression est gravée sur le monument d'hommage au légendaire héros du ciel de la guerre de 1914, Guynemer. Le peuple français résulte à l'origine, nous l'avons dit, d'une fusion de peuples européens. Son épopée impériale lui a ramené des Français issus d'autres peuples, blancs, jaunes ou noirs. Sauf idéologie ou obsession raciste, on ne voit là que les fruits d'heureuses rencontres. Notre ami, l'éminent sociologue et écrivain Jules Monnerot, grand résistant et grand militant du combat national, était un Antillais comme Aimé Césaire. Nous n'approuvions pas ce dernier, non pas par ce qu'il n'était pas blanc, mais parce qu'il était communiste ! Pour autant, on ne voit pas pourquoi on devrait accepter la volonté idéologique de métissage systématique, étatiquement encouragée, qui s'inscrit dans une volonté nihiliste perverse de déracinement généralisé, d'indifférentiation, de substitution de population. Pas plus qu'on ne peut tolérer la montée déferlante de la haine raciste contre l'homme blanc dans certaines franges de la population. A l'évidence, ceux qui multiplient les appels à la haine, aux viols et aux meurtres contre la France et les Français, tels que dans les sonorités du rap relèvent d'une autre identité que l'identité française : une identité barbare. Principalement à l'époque moderne, la France a accueilli diverses populations réfugiées ou immigrées, européennes ou non : Juifs venus d'Europe centrale et d'Allemagne, Arméniens, Russes, Polonais, Ukrainiens et autres slaves, Baltes, Italiens, Russes, Espagnols, Portugais, Indochinois... Dans la plupart de ces populations, la communauté de civilisation et de religion mais aussi les facteurs d'adaptation tels que la volonté de travail et de service ont permis une rapide intégration et pour beaucoup une assimilation n'excluant point la légitime conservation de leurs racines culturelles. De ces populations sont issus beaucoup de femmes et d'hommes qui dans les domaines les plus variés du travail et de la culture ont apporté leur talent et leur courage. L'identité française est désormais leur identité essentielle, l'histoire de France, leur histoire. En revanche, ceux qui, sous prétexte d'un fanatisme footballistique, saccagent, pillent, incendient, agressent sauvagement les passants, en brandissant des drapeaux algériens ou d'autres, ne se reconnaissent évidemment pas dans la patrie française. Ils ne se comportent pas comme des étrangers respectueux du pays qui les accueille mais comme des envahisseurs vandales. Qu'on leur ait donné une carte nationale d'identité ne change rien à l'affaire. Leur conscience d'appartenance à la nation française est nulle, et nulle la connaissance élémentaire de notre identité. Leur slogan est de « niquer la France ». Si la France était gouvernée selon les principes les plus élémentaires du respect de sa souveraineté et de son identité, de la protection des biens et des personnes, les voyous barbares devraient d'abord subir les rigueurs de la loi puis être expulsés dans les pays des drapeaux qu'ils brandissent comme des vainqueurs arrogants. Cool L'esprit français. Si l'identité nationale n'est pas fondée sur la race au sens ethnique, biologique du mot, elle n'en est pas moins fondée sur la réalité d'un peuple, le peuple français, uni et culturellement homogène depuis des siècles dans sa diversité bretonne ou bourguignonne, basque ou provençale ; diversité dans laquelle plus près de nous ont fusionné Nice et la Savoie, et aussi le peuple pied-noir avec ses multiples origines européennes. Ce peuple est uni par sa langue nationale, le français, ce qui n'exclut point la maintenance des « parlers » régionaux plus ou moins enracinés selon les cas. Ce peuple a été et demeure encore pour l'essentiel uni par sa conscience de continuité historique et de communauté de destin forgée dans les sacrifices immenses des guerres, fussent-elles injustement voulues par les gouvernements et désastreuses. Son identité nationale est symbolisée dans son drapeau, enracinée dans ses monuments aux morts, ses cimetières, ses cinquante mille clochers catholiques ou ceux des églises réformées. Ce peuple a sécrété un esprit public qui, à son tour, l'a maintenu dans le temps, esprit reposant sur un socle de valeurs civiques imprégnées de christianisme, implicitement ou explicitement partagées par tous, les valeurs de la vie, de la famille, du travail, de la justice, du sacrifice militaire et du respect de l'État, organe essentiel du rassemblement national, de la cohésion sociale, de la justice et de la protection des plus faibles. L'esprit public dans sa permanence séculaire était tout le contraire de ce monstre que l'on appelle « l'opinion publique » avec toute sa volatilité, orientée ou plutôt désorientée par les campagnes médiatiques, par les manipulations subliminales et les artifices des instituts de sondage de la « marketing-démocratie ». Cet esprit public était positivement irradié, éclairé, tiré par le haut, par ce que l'on peut appeler « l'esprit français », celui que l'on se targuait de pratiquer dans toutes les cours de l'Europe classique. Cet esprit français, ce fut, c'est encore en des lieux et milieux de liberté vraie, une certaine manière de vivre, d'aimer, de prier, de rire, de chanter, de poétiser, de batailler et de mourir. - Esprit d'un modèle d'intelligence ennemie de la lourdeur, du sérieux compassé, de la gravité affectée, de la vertu grandiloquente, de la citoyenneté incantatoire ; - Esprit que marque une immense littérature sans cesse pétillante comme le vin si bellement français du bon moine Dom Pérignon, d'une myriade de génies comme autant de bulles sans cesse reformées, de la chanson de Roland, de Charles d'Orléans et Ronsard à Rimbaud, de Villon à Péguy ; - Langue ciselée dans la clarté des concepts et des mots, de Pascal et Descartes, de l'immense Bossuet, de Joseph de Maistre et Chateaubriand, de Voltaire à Maurras ; - Tragédies et comédies françaises, des trois grands, Corneille, Molière, Racine, à l'art magistral enserré dans la contrainte classique du génie comme l'habit de lumière du toréador impose la superbe maîtrise du geste sacrificateur. L'œuvre immense de Balzac, scrutant sans lourdeur ni redite tous les aspects de la comédie humaine. Et les grands souffles d'un Hugo faisant oublier ses quelques niaises réflexions idéologiques avec les stupéfiantes visions d'un flamboyant génie sans cesse jaillissant ; - Manière chevaleresque et scintillante de vivre pour allègrement braver sans cesse la mort : le chevalier Bayard, et nos trois mousquetaires d'Alexandre Dumas, et « messieurs les anglais, tirez les premiers ! » et « En avant, Fanfan la Tulipe ! » et la Rochejacquelein, et Charrette, et Austerlitz, Camérone et Bazeilles, et jusqu'à Jacques Perret sur le pont d'Orléans. - Mais aussi sens chrétien du sacrifice et de l'héroïsme sans affectation : le Roi Lépreux de Jérusalem Beaudoin IV si respecté par Saladin ; Saint Louis, et Sainte Jeanne d'Arc et Louis XVI pardonnant à ses bourreaux et Marie-Antoinette, reine de France au courage immense et à la prodigieuse grandeur d'âme face à la cruauté sadique, reine française aussi, par le sang versé. Et sur les champs de bataille de 14, l'historien Augustin Cochin, maintes fois blessé et repartant au front pour apporter le Christ à ses soldats avant son ultime sacrifice, et très loin plus au sud, dans la plus grande France, Charles de Foucauld et Laperrine ; et un peu plus tard, l'officier chrétien Honoré d'Estienne d'Orves, le premier fusillé de la Résistance, offrant saintement son sacrifice et après lui aussi, dans la lutte fratricide, la grandeur de Robert Brasillach face à ses juges et face au poteau, et ses inoubliables « poèmes de Fresnes » dits par un incomparable acteur de l'esprit français, Pierre Fresnay. - Sublime scène aussi de l'esprit français, que celle racontée par Maurice Barrès du geste sublime du rabbin Abraham Bloch qui, sur le champ de bataille, sous l'artillerie, de deux bouts de bois fait un crucifix pour le porter aux lèvres d'un mourant avant d'être à son tour frappé et d'expirer dans les bras d'un aumônier catholique de la Compagnie de Jésus, le père Jasmin. - Et comment ne pas aussi glorifier dans notre mémoire nationale les petites congaïs de Dien-Bien-Phû qui, après avoir donné leur chaleur à nos soldats, deviennent admirables de dévouement, les soignantes des blessés. Faites prisonnières avec eux, elles refusent d'obtempérer à l'ordre de piétiner le drapeau français, elles sont aussitôt exécutées par les tueurs de Ho-Chi-Minh. Il faudrait n'être pas bien catholique ni bien français pour ne pas leur donner notre amour français jusqu'au paradis qui accueille les cœurs purs. - Comment encore la patrie française n'honorerait-elle pas comme grand illustrateur de son identité l'admirable auteur de « Mon pays, la France », le Bachaga Boualem, ancien vice-président de l'Assemblée Nationale, à la famille endeuillée de dix-sept des siens assassinés pour cause de fidélité au drapeau tricolore. 9) L'identité nationale française et l'islam. On ne saurait en effet oublier que beaucoup de musulmans sont morts pour la France et que notre peuple avait à l'égard des leurs des devoirs de reconnaissance et de solidarité. Ce ne fut pas hélas le cas dans l'abomination gouvernementale de l'abandon aux pires tortures de nos harkis et aussi dans l'oubli, trop longtemps, des droits des anciens combattants des pays de ce qui fut l'Union Française. Mais c'est le Bachaga Boualem lui-même qui avertissait les Français des dangers que ferait courir un réveil de cet islam « oscillant sans cesse entre le fatalisme et le fanatisme ». L'islam ne se résoud pas en effet, hélas, à sa respectable dimension religieuse. Il est comme le rappelle sans cesse ses docteurs, à la fois religion et État, foi et loi, doctrine et mode de vie ; il comprend dans son système les principes d'un gouvernement et aussi des prescriptions de guerre, appelant les croyants au combat pour défendre leurs droits. Sauf restriction mentale ou mensonge (taqqyia), aucun musulman convaincu ne réfutera cela, aucun n'affirmera refuser les principes fondamentaux des « cinq piliers » et ceux de la charia, du jihad, de la dhimmitude. Le phénomène islamique en France est passé de la présence de Français musulmans se satisfaisant d'une fidélité religieuse non ostentatoire à celle d'une immense mouvance islamiste, avec ses mosquées, ses écoles, ses bibliothèques, sa culture et ses mœurs sociales, ses règles morales, ses références et ses modèles propres. La société islamique en France comme ailleurs puise ceux-ci dans l'exemplarité de son prophète, Muhammad, de son gouvernement à Médine, de ses anecdotes exemplaires (Hadith). La plupart des hommes politiques et des commentateurs sont hélas souvent tragiquement ignorants de la culture et de la réalité islamique, négligeant les immenses difficultés de coexistence à venir à la seule question du voile ostentatoire qui ne constitue pourtant qu'un révélateur. On peut, et il faut même, aimer chrétiennement les musulmans mais il ne faut pas se voiler la vérité dans quelque jihab ou burqa psychologique : l'islam et la séculaire identité nationale française ne sont pas compatibles. L'une finira par reléguer l'autre. Au train où vont les choses, la libanisation de la France que nous annoncions il y a un quart de siècle n'est plus une vue de l'esprit. En conclusion. Comme celle de tout être vivant, individuel ou collectif, l'identité d'une nation ne peut être figée, sauf dans la mort. Mais elle ne peut évoluer positivement que dans le respect de ses racines, de ses traits essentiels dessinés au fil des siècles, en un mot de sa personnalité. Une nation peut sans cesse se nourrir d'apports compatibles avec son être historique. De même le génie d'une langue permit-il l'emprunt et l'assimilation de mots nouveaux, mais pas celui de langages sommaires, dominateurs et destructeurs. Notre identité nationale sera détruite lorsque la France sera submergée par tout ce qui contredit, piétine, détruit ses grandes racines de civilisation : Athènes, Rome et Jérusalem. La quatrième capitale ne saurait être La Mecque, d'ailleurs interdite sous peine de mort à tout non-musulman. La tolérance islamique a ses limites... La quatrième capitale s'appelle Paris, bâtie autour de sa cathédrale Notre-Dame, de son université, la Sorbonne, de ses palais royaux, et que Sainte Geneviève sur ses remparts protégea de l'assaut des Huns. Paris, capitale d'une civilisation d'autant plus bellement universelle que fidèle à ses racines sûres. Voilà ce que tous les petits enfants des écoles devraient apprendre avec la belle langue française.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum