Le Parti de la France veut faire front

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Parti de la France veut faire front

Message  clovis 92 le Ven 12 Mar - 7:56



« Le FN est devenu une entreprise familiale. C'est Marine Le Pen qui dirige de fait aujourd'hui un parti aseptisé. Le FN est devenu un outil du système comme Besancenot et le NPA le sont devenus. » Lorsqu'il parle de son ancien parti, celui avec lequel il a été élu conseiller régional, Thomas Joly ne fait pas dans la dentelle. Et, même si sa nouvelle formation, le Parti de la France (créé à l'occasion des dernières européennes par Carl Lang), n'a qu'un an d'existence, il estime pouvoir « proposer aux Picards un choix nouveau ». Une alternative que tous les Français n'auront pas puisque le Parti de la France ne se présente que dans six régions.
« Pas une terre de minarets »
Pour l'instant, les performances électorales du Parti de la France ne sont pas encourageantes. « Les résultats aux Européennes ont été très modestes mais il y a une vraie force militante », estime ce fonctionnaire de l'Éducation nationale, âgé de 33 ans. Une jeune tête de liste pour un rassemblement qui, outre le parti de la France, comprend la nouvelle droite populaire et le MN, le mouvement national républicain de Bruno Mégret. Une coalition qui se veut lucide et qui parie sur le temps : « Nous sommes là pour durer. Contrairement au FN, nous ne nous endetterons pas pour ces élections régionales. C'est vrai que nous sommes les outsiders mais pourquoi ne pas créer la surprise ? »
Sur le fond, le Parti de la France ne renie pas les discours les plus radicaux déjà entendus au FN. « Notre pays est envahi et menacé par l'immigration et le développement de l'islamisation. La France ne doit pas devenir une terre de minarets. » Une lutte que ses alliés de la nouvelle droite populaire inscrivent « dans un combat civilisationnel au niveau européen ».
Contre les subventions, pour l'humanitaire
Concernant plus spécifiquement la Picardie, Thomas Joly considère que la région ne peut pas tout assumer. « Dire que l'on va régler le problème du chômage avec les compétences du conseil régional, c'est prendre les gens pour des imbéciles. » Et il annonce qu'en cas d'élection, il se battra « contre les subventions pour l'humanitaire car la Picardie ne peut pas supporter toute la misère du monde » et qu'il réclamera la fin « des emplois solidaires, qui sont surtout dans les associations solidaires avec le PS ».
Et si les chiffres n'imposent pas une plus dure réalité au soir du premier tour, Thomas Joly se dit « ouvert à tout rassemblement. Mais, la famille Le Pen ne le permettra pas. Il y a sur nos listes des gens qui sont encore encartés au FN ». Bien vu, les frontistes ont déjà annoncé la couleur : il n'y aura pas de main tendue, surtout si cela peut aider à la disparition du parti de la France.
Jean-Michel ROUSTAND
avatar
clovis 92

Messages : 2426
Date d'inscription : 02/07/2009
Age : 69
Localisation : Nanterre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum