Sarkozy : « J'ai commis des erreurs » - la Dépêche - 02/07/09

Aller en bas

Sarkozy : « J'ai commis des erreurs » - la Dépêche - 02/07/09 Empty Sarkozy : « J'ai commis des erreurs » - la Dépêche - 02/07/09

Message  Invité le Jeu 2 Juil - 10:43

Sarkozy : « J'ai commis des erreurs »

Edition du 02/07/09


Le chef de l'état avoue avoir mis un temps pour se hisser à la hauteur de la charge.

Sarkozy admet dans une interview au Nouvel Observateur avoir « commis des erreurs » durant les premières années de son mandat sur sa manière de présider, suggérant qu'il fallait « un temps », « pour se hisser à la hauteur » d'une charge « proprement inhumaine ».

Quant aux critiques sur l'épisode « bling-bling », la soirée au Fouquet's le soir de l'élection et ses amitiés avec le grand patronat, le chef de l'état affirme que cela correspondait à « une époque de sa vie personnelle qui n'était pas facile » et où il avait à « se battre sur plusieurs fronts ». Il avoue ne pas avoir « attaché à cette soirée » au Fouquet's « une importance considérable » et avoir « eu tort » : « à partir du moment où quelque chose n'est pas compris et fait polémique, c'est une erreur ». Et on ne l'y reprendra pas.

Interrogé sur « la fin du sarkozysme flamboyant et de l'élan réformateur » depuis le discours devant le Congrès à Versailles, le Président dément tout coup d'arrêt mais reconnaît une évolution de son comportement : « Ce n'est pas la fin des réformes, elles continueront ».

Il confirme ainsi vouloir prendre ses responsabilités sur les retraites : « Je ne serai pas le président qui laissera le système aller à la faillite ». Et d'expliquer : « Les gens ne sont pas sots. Ils ont compris que vivre plus vieux imposera de travailler plus longtemps ». « La question de la durée de cotisations est clairement posée partout dans le monde ; elle ne peut pas ne pas l'être en France », ajoute-t-il.

Pour ce qui est de l'ouverture, Nicolas Sarkozy rétorque : « Je suis de droite. Mais je ne suis pas réductible à un camp. Je ne suis pas réductible à la droite ».

Norman Scott a écrit:Moi, quand je lis "une charge proprement inhumaine", propos tenu par un Président de la République qui évoque sa fonction ; je me dis, mais comment on fait ses prédécesseurs ? Serait-ce là un aveu de faiblesse ou l'expression d'un dégoût ? Je ne sais pas, mais je pense que si Sarkozy, qui ait en politque depuis bien longtemps maintenant, a attendu d'être élu pour s'apercevoir dela difficulté de cette charge, c'est qu'il y a comme un problème !

Salut

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum